DE FR EN

SENS

Par nous, pour vous

Ce sont les clients et les partenaires qui sont au cœur d’un système de recyclage tel que SENS, et cela se ressent dans notre travail quotidien. Voici un aperçu des structures, des temps forts et des objectifs de SENS eRecycling pendant l’année budgétaire 2016. Une rétrospective de l’année qui vient de s’écouler. Par nous, pour vous!

Avant-propos du président

Un virage bien amorcé

2016 a permis de mettre le système à jour, dans l’objectif d’assurer la solution sectorielle volontaire à long terme.

Solidarité, principe du pollueur-payeur, volontariat: ces valeurs suisses éprouvées ont-elles perdu de leur actualité? Nous sommes persuadés du contraire. Les 25 ans d’histoire couronnée de succès de SENS ont montré de manière impressionnante que l’autorégulation et l’auto-organisation par les différents secteurs était possible au sein d’une société civile qui fonctionne. Pourquoi surcharger encore l’État, précisément quand les conditions-cadres deviennent plus difficiles pour tous, avec ce que d’autres savent faire de manière efficace et économique?

Nous nous sommes bien affirmés dans un environnement encore difficile en 2016. Le prix des matières premières s’est maintenu à la baisse et les coûts ont augmenté alors que les recettes restaient stables à un niveau élevé. Comme l’année précédente, les reports observés dans le commerce de détail ont été clairement sensibles chez nous: les appareils sont de plus en plus souvent achetés sur Internet ou à l’étranger où aucune taxe de recyclage (TAR) n’est prélevée. Pour renforcer nos efforts en vue d’intégrer de nouveaux acteurs du marché au système SENS, nous avons lancé une campagne intitulée «Boucle la boucle» où nous invitons directement les consommateurs à veiller à ce que la TAR soit intégrée au prix de leur achat.

Nous avons réalisé les mises à jour du système (SENS 2.0) conçues et annoncées en 2015, elles compenseront durablement dès cette année le déséquilibre entre les recettes et les coûts de transport et d’élimination en hausse. Il est dans la nature des modifications de ce type de ne jamais pleinement satisfaire tout le monde. Nous sommes donc d’autant plus heureux d’avoir pu regrouper tous les partenaires de SENS autour d’une table au cours de ce processus, d’être finalement parvenus à apporter plus de transparence dans l’organisation du système de reprise et de l’avoir dynamisé pour les années à venir.

Les réticences de certains centres de collecte communaux ont certes été portées au Parlement par le postulat du conseiller des États Peter Hegglin. Il y invitait le Conseil fédéral à analyser les deux systèmes de reprise d’appareils électriques et électroniques de SENS et de Swico afin d’étudier leur compatibilité. Le Conseil des États a transmis le postulat à la CEATE qui se penchera dessus au cours des prochains mois. Nous sommes confiants en ce qui concerne cet examen et espérons qu’il permettra d’offrir une conclusion heureuse à l’étonnant report de la révision de l’ordonnance sur la restitution, la reprise et l’élimination des appareils électriques et électroniques (OREA) qui aborde la problématique des resquilleurs, comme c’était prévu à l’origine.

Pendant l’année qui vient, nous sommes également prêts à nous engager de toutes nos forces pour mettre en œuvre la solution sectorielle volontaire qui a fait ses preuves. Nous sommes motivés pour maîtriser les obstacles que nous rencontrons actuellement et éviter ainsi une hausse de la TAR pour les consommateurs finaux, voire une obligation. Nous allons vous montrer dans le présent rapport d’activité ce que nous avons lancé et mis en œuvre dans ce but en 2016, et ce pour quoi nous allons continuer à nous engager cette année.

Andreas Röthlisberger

Andreas Röthlisberger

Président de la Fondation SENS

Avant-propos de la directrice

Rester en mouvement pour acquérir une nouvelle stabilité

«Dans un bateau secoué par les flots, celui qui reste immobile tombe, pas celui qui avance.»

Cette citation du journaliste allemand Ludwig Börne, né en 1786, décrit mon opinion à propos de notre situation, mais aussi notre «état d’esprit» au cours de l’année dernière. Bien que la mer – les conditions-cadres que nous avons dû affronter – ait été difficile, voire tempétueuse, nous ne sommes pas restés sur place. Tout simplement parce que nous sommes persuadés que le mouvement peut nous donner une nouvelle stabilité.

 

 

Nous pouvons nous retourner avec satisfaction sur ce que nous avons réalisé ensemble en 2016 avec nos partenaires: plus de 700 fabricants et importateurs rattachés au système soutiennent énergiquement la boucle de l’eRecycling, soit 10% de plus que l’année précédente.

Les résultats de notre bilan écologique sont également impressionnants: notre avantage pour l’environnement de 2 800 milliards d’écopoints est par exemple du même ordre de grandeur que la pollution annuelle de la ville de Berne.

En 2016, avec le projet SENS 2.0, nous avons formulé de nouvelles approches de solutions et mis des optimisations de coûts en œuvre dans la boucle de l’eRecycling, conjointement avec nos partenaires. Grâce à la mise en place d’une logistique SENS interne, qui fait également partie de l’optimisation du système, nos partenaires de collecte peuvent choisir depuis début 2017 d’effectuer le transport eux-mêmes ou de le confier à la logistique SENS. Nous considérons comme une preuve de confiance le fait que plus de 600 centres de collecte et tous les partenaires de collecte existants aient signé les nouveaux contrats. C’est également un signe du fait que le système est en bonne voie.

Avec «Fair TAR», nous avons élaboré l’année dernière une solution simple permettant d’effectuer un paiement a posteriori de la TAR par SMS pour les appareils importés.

Afin de mieux sensibiliser le public aux avantages et à la valeur du système de reprise volontaire, nous avons renforcé les mesures de communication. Ceci englobe entre autres l’élaboration du concept «Boucle la boucle» qui doit toucher un large public à travers le pays lors d’une campagne en 2017.

«Boucle la boucle» est le mot d’ordre pour nos perspectives en 2017: nous sommes confiants dans le fait qu’avec tous les partenaires, nous continuerons à mener notre système de reprise des appareils électriques et électroniques éprouvé, efficace et transparent vers le succès.

Je me réjouis de pouvoir m’appuyer en cela sur une bonne équipe et de pouvoir compter sur des partenaires qui restent en mouvement pour la bonne cause dans cette période tumultueuse, qui acceptent d’évoluer et qui aident énergiquement à faire bouger les choses. Vous verrez à quel point cela a été le cas en 2016 dans le présent rapport d’activité. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Heidi Luck

Heidi Luck

Directrice de la Fondation SENS

Communication SENS

Œuvrer pour la bonne cause et en parler sans cesse

En 2016, les mesures de communication de SENS ont été renforcées afin de convaincre le public des avantages du système de reprise volontaire.

L’activité sur les réseaux sociaux a été renforcée, la page Facebook existante animée plus souvent et plus régulièrement, et pas uniquement avec des contenus et des messages propres, mais aussi avec des nouveautés intéressantes sur la thématique des appareils électriques et du recyclage. L’objectif de ces activités est de s’adresser, parmi les quatre millions d’utilisateurs actifs de Facebook en Suisse, à une «communauté» propre, c’est-à-dire de constituer un groupe qui s’intéresse à ces sujets et qui est prêt à s’engager. SENS utilise un profil Twitter propre principalement pour diffuser des nouveautés, pour des communiqués de presse ou comme canal vocal lors de conférences, de foires ou de manifestations propres.

Divers projets et diverses activités de SENS ont donné lieu en 2016 à des communiqués dans les médias, comme la SonntagsZeitung ou oekotipp. Nous avons également publié un article dans le Swiss Recycling Magazine. Un article de plusieurs pages s’est spécifiquement adressé aux enfants et à leurs parents dans un supplément consacré au développement durable du magazine scolaire Spick très apprécié. Et last but not least, le guide du développement durable du magazine francophone Bilan a décrit la boucle des appareils électriques et électroniques en détail.

L’objectif de ces activités est de s’adresser, parmi les quatre millions d’utilisateurs actifs de Facebook en Suisse, à une «communauté» propre …

Suisse Toy, Berne

Jeu, plaisir et détente autour de l’eRecycling

En 2016 également, nous avons profité des «journées les plus ludiques de l’année» pour informer les visiteurs du salon du jouet sur le recyclage des appareils électriques.

Les 52 000 visiteurs ne se sont pas fait prier pour venir partager quatre jours de jeu, de plaisir et de détente lors du plus grand événement de Suisse consacré aux jeux. Et ils étaient près de 10% de plus que l’année précédente! L’offre très diversifiée du salon comptant de nombreux jeux électriques, SENS aime profiter de cette occasion pour sensibiliser les petits et les grands à la boucle de l’eRecycling, en collaboration avec le secteur du jeu.

Avec son propre coin lecture dans la zone d’entrée du salon, SENS était incontournable; les familles se sont volontiers rendues sur le stand pour profiter d’un bref moment de répit. Les enfants disposaient de tables et de sièges. Ils pouvaient en outre colorier les personnages du livre d’images Lila und Tim et remettre leur chef-d’œuvre, une fois terminé, au stand de Crayola, un fournisseur renommé de produits de loisirs créatifs. Une expérience spéciale attendait alors les petits artistes: ils pouvaient regarder leur dessin être soulevé dans les airs par une grue et fixé au mur de la halle pour former une immense fresque commune. Ceux qui ne voulaient pas dessiner pouvaient prendre un dépliant à échanger auprès de cinq partenaires contractuels du salon contre un exemple de Lila und Tim à ramener à la maison.